«Réseau Liberté»

 

Démarré à NANTES au printemps 2009 avec le « projet Rahab », le ministère auprès des femmes victimes de la traite humaine voit le jour dans d’autres villes de France.

 

Un réseau se constitue : le « Réseau Liberté ».

 

A LYON, des chrétiens sortent à la rencontre des femmes dans les rues depuis plusieurs années, avec l’association « Alliance de l’espérance ».

A ORLEANS, un groupe s’est aussi mis en place.

A MARSEILLE, l’association « Le ruban blanc » vient d’être créé.

A MONTPELLIER, le groupe « Hope and Joy » a quelques mois. Devant l’ampleur des besoins, Anne, membre du groupe, rapporte : « Le train avance toujours plus vite que nous. La détresse des jeunes filles que nous rencontrons nous motive dans nos interventions. Nous en rencontrons plusieurs régulièrement hors de la rue. Le service ‘verset-sms’ nous permet d’encourager les filles entre nos visites». « Judith* a fini de payer sa dette, mais reste dans la rue pour vivre, en attendant ses papiers. Elle rêve de travailler dans un supermarché. Elle vient au culte régulièrement », continue Anne, avant de nous laisser avec ce verset rempli d’espérance : « Je les ai tirés avec des liens d’humanité, avec des chaines d’amour, j’ai été pour eux celui qui relâchait leur joug ». Osée 11v4
A PARIS, le projet a démarré il y une année. Un groupe est en place, associé à OM France. L’équipe partage : « Carla*, Flore* et son frère Albert* sont trois amis que le Seigneur a amenés à nos rencontres autour de Sa Parole, qui nous permettent de mieux nous connaître, de prier et surtout d’entendre ce que le Seigneur nous dit. Prions pour que Carla, Flore et Albert vivent une véritable rencontre avec Christ afin qu’Il se révèle à chacun d’eux ! Pour que Carla et Flore quittent la rue, il leur faudrait trouver un travail. Elles sont toutes les deux prêtes à faire quelques heures de ménage par mois », C’est un sujet de prières particulier pour les équipiers et membres de leurs églises.

Alors, dans toutes ces villes de France, et dans d’autres encore, « Que partout, des prénoms s’ajoutent à la liste de celles qui aujourd’hui peuvent dire : Oui, Dieu m’a secouru, Dieu m’a pardonné, Dieu m’a libéré. Que toute la gloire Lui revienne! », c’est le souhait Lionel* et Julie*, pionniers de ce ministère à Nantes, dans le cadre d’OM France.

 

* Noms d’emprunt